Le Chaudron de Dagda

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - littérature

Fil des billets - Fil des commentaires

7 mai 2009

Parole d'Evangile

"Dans L’Amour gourmand, ouvrage consacré au « libertinage gastronomique du XVIIIe siècle », Serge Safran évoque « le carcan du couple » : piège mortel, dit-il. Au début, on trouve si doux de tomber amoureux d’une femme, éventuellement de se lier par contrat, de faire des enfants avec elle, de « goûter aux délicieuses prémices de la si bien nommée cellule familiale ». Elle aussi, tout d’abord, trouve cela merveilleux. Mais gare à ceux et celles qui se sont mariés en dissimulant leurs fantasmes. Ne se sont-ils pas condamnés à mort ? Ce qu’exprime Serge Safran, avec beaucoup de lyrisme : « Ne pouvoir se livrer aux épanchements de tendresse ou aux échanges spirituels entraîne pour beaucoup – cela est avéré – d’immenses détresses affectives. Certes. Mais ne pas satisfaire ses passions sexuelles, auxquelles ils sont inévitablement liés, reste la pire chose qui soit. Confine à l’effarante solitude, l’ennui à petit feu, la mort lente avant le bout du chemin, parfois même au désir d’en finir. D’où l’obsession vitale d’écouter en priorité ses instincts et de les mieux flatter, chez soi comme chez l’autre, pour parvenir à ses fins. »"

Crédits : blog d'Agnès Giard, les 400 culs.

L'Amour Gourmand, « libertinage gastronomique du XVIIIe siècle », de Serge Safran, coll. L'attrape-corps, éd La Musardine

1 mars 2009

Dragonlance - 6ème partie : transition

Presque trois ans se sont déjà écoulés depuis les retrouvailles des Compagnons à l’Auberge du Dernier Refuge. C’était l’automne...

Dragons_of_Autumn_Twilight___84.jpg Dragons of Automn Twilight 1984, Larry Elmore

Les Héros sont rentrés chez eux, ont repris, il semble, le cours de leur vie d’avant. Mais en réalité, plus rien n’est comme avant : ils ont désormais des responsabilités et doivent assumer leur statut de libérateurs, de sauveurs du monde. Un fardeau qui pèse bien lourd sur leurs frêles épaules de mortels. Un titre qu’ils ne revendiquent pas et dont ils se seraient passés bien volontiers.

Or l’un d’eux a des ambitions bien différentes. Leur victoire sur le Mal et sa soif de puissance et de vengeance l’empêchent d’aspirer à la tranquillité.

Soulforge.jpg Soulforge, Larry Elmore

Raistlin Majere a toujours été un jeune homme physiquement faible, à la constitution fragile mais à l’intelligence exceptionnelle. Tout le pendant de son frère jumeau, Caramon Majere, une véritable force de la nature, grand et fort, mais peu futé.
Autant Raistlin est revêche, mystérieux et cynique, autant Caramon est accorte, ouvert et bon cœur. Les opposés parfaits.
De tout temps, Raistlin a été l’objet de railleries et de quolibets, dédaigné et blessé tant dans son corps que dans son ego.
De tout temps, Caramon était aux côtés de son frère pour le protéger, le soutenir, le couver.
Jusqu’à ce que Raistlin se découvre un réel talent pour la magie et dès lors, les frères Majere formèrent un duo respecté et respectable. Ils se fondèrent alors une renommée que beaucoup envièrent et aussi mortelle qu’une épée à deux tranchants : Caramon le guerrier et Raistlin le magicien.
Aussi indissociables que les deux doigts d’une main, ils étaient les célèbres frères Majere !

Dragons_of_Spring_Dawning___94.jpg Dragons of Spring Dawning 1994, Larry Elmore

Au cours de leurs aventures, ils firent la connaissance de Tanis Demi-Elfe, Flint Forgefeu, le nain bourru, Sturm Lumelane, l’aspirant chevalier et Tasslehoff Racle-Pieds, l’espiègle kender. Ils habitaient un petit bourg de la région d’Abanasinie, Solace, et leur auberge favorite était celle du Dernier Refuge…
A l’automne où commença la guerre de la Lance, les six amis avaient endurés les épreuves qui faisaient d’eux désormais des adultes. Ils étaient prêts à affronter leur destin.
Et dans cette quête, quatre autres personnes allaient les accompagner : Tika Waylan, la serveuse de l’auberge, l’elfe Laurana, future Général Doré et le couple de nomades des plaines d’Abanasinie, Rivebise et Lunedor.

Laurana__le_General_Dore.jpg Laurana, le Général Doré, armée d'une lancedragon et chevauchant un dragon d'argent

Mais de cette guerre où le Mal ancestral fut repoussé, un autre mal s’éleva.
Pour bouter définitivement les ombres qui planaient sur la terre de Krynn, Raistlin Majere se laissa consumé par son côté sombre, devint plus mauvais que le Mal lui-même, s’introduisit en son cœur pour le couper à la racine, permettant aux Héros de la Lance de remporter la victoire. Mais une victoire bien amère, car ceux-ci se rendirent compte qu’ils ne devaient leur salut qu’à Raistlin : seul le Mal avait réellement pu vaincre le Mal…
Et pendant trois années, Raistlin Majere, dans sa tour de Sorcellerie, complota, trama un plan dont, il l’espérait, assouvirait sa soif de puissance et de vengeance contre ceux qui l’avaient molesté, rabaissé toute sa vie durant et qui changerait la face du monde.

Raistlin.jpg

Ainsi débute la trilogie des « Légendes » de Dragonlance...

A suivre...

26 février 2009

Dragonlance - 5ème partie : ballades et poèmes

La plupart des grands mythes fondateurs de notre civilisation ont régulièrement fait l'objet de contes, de poèmes voir de chansons. "L'Iliade" et "L'Odyssée" d'Homère chez les Grecs, "L'Enéide" de Virgile chez les Romains, le "Mahâbhârata" chez les Hindous, le "Soundiata Keïta" des Africains, les "Sagas" scandinaves, les "monogatari" au Japon, la "byline" russe, le "Kalevala" finnois ou bien encore la "chanson de geste" au Moyen-Age Occidental sont autant d'épopées de tradition orale fondatrices de la culture d'un peuple. L'on ne peut d'ailleurs bien souvent embrasser complètement la culture d'un peuple qu'à l'aune d'une de ces "Bibles d'un peuple", qui constitue "les véritables fondations de la conscience", si l'on veut en croire Hegel.
Et le monde de Dragonlance, de ce point de vue, n'en est nullement avare.

Lost_Leaves_From_the_Inn_of_the_Last_Home.jpg

Trois ouvrages ("Leaves From the Inn of the Last Home", "More Leaves From the Inn of the Last Home" et "Lost Leaves From the Inn of the Last Home") livrent une compilation d'histoires, de contes, de poèmes, de récits d'épopées de héros légendaires et de chansons issus d'un passé multimillénaire.
Ecrits par Michael Williams pour la majeure partie, ces poèmes et chansons apportent une profondeur et une dimension que d'autres univers de Dungeons & Dragons ne possèdent souvent pas...
Parmi la pléthore de poèmes et de ballades qu'elle recèle, j'en ai sélectionné deux que je trouve tout à fait emblématiques de la saga : le Cantique du Dragon et l'Hommage aux Neuf Héros.
"Enjoy !"

Lire la suite...

23 février 2009

Un peu de finesse dans un monde de brutes

Mon poème de Victor Hugo préféré :

Aimons toujours ! Aimons encore !
Quand l'amour s'en va, l'espoir fuit.
L'amour, c'est le cri de l'aurore,
L'amour c'est l'hymne de la nuit.

Ce que le flot dit aux rivages,
Ce que le vent dit aux vieux monts,
Ce que l'astre dit aux nuages,
C'est le mot ineffable : Aimons !

L'amour fait songer, vivre et croire.
Il a pour réchauffer le coeur,
Un rayon de plus que la gloire,
Et ce rayon c'est le bonheur !

Aime ! qu'on les loue ou les blâme,
Toujours les grand coeurs aimeront :
Joins cette jeunesse de l'âme
A la jeunesse de ton front !

Aime, afin de charmer tes heures !
Afin qu'on voie en tes beaux yeux
Des voluptés intérieures
Le sourire mystérieux !

Aimons-nous toujours davantage !
Unissons-nous mieux chaque jour.
Les arbres croissent en feuillage ;
Que notre âme croisse en amour !

Soyons le miroir et l'image !
Soyons la fleur et le parfum !
Les amants, qui, seuls sous l'ombrage,
Se sentent deux et ne sont qu'un !

Les poètes cherchent les belles.
La femme, ange aux chastes faveurs,
Aime à rafraîchir sous ses ailes
Ces grands fronts brûlants et rêveurs.

Venez à nous, beautés touchantes !
Viens à moi, toi, mon bien, ma loi !
Ange ! viens à moi quand tu chantes,
Et, quand tu pleures, viens à moi !

Nous seuls comprenons vos extases.
Car notre esprit n'est point moqueur ;
Car les poètes sont les vases
Où les femmes versent leur coeurs.

Moi qui ne cherche dans ce monde
Que la seule réalité,
Moi qui laisse fuir comme l'onde
Tout ce qui n'est que vanité,

Je préfère aux biens dont s'enivre
L'orgueil du soldat ou du roi,
L'ombre que tu fais sur mon livre
Quand ton front se penche sur moi.

Toute ambition allumée
Dans notre esprit, brasier subtil,
Tombe en cendre ou vole en fumée,
Et l'on se dit : " Qu'en reste-t-il ? "

Tout plaisir, fleur à peine éclose
Dans notre avril sombre et terni,
S'effeuille et meurt, lis, myrte ou rose,
Et l'on se dit : " C'est donc fini ! "

L'amour seul reste. O noble femme
Si tu veux dans ce vil séjour,
Garder ta foi, garder ton âme,
Garder ton Dieu, garde l'amour !

Conserve en ton coeur, sans rien craindre,
Dusses-tu pleurer et souffrir,
La flamme qui ne peut s'éteindre
Et la fleur qui ne peut mourir !

Dragonlance – 4ème partie : la guerre de la Lance

Après avoir exposé les liens inextricables entre les romans Dragonlance et le jeu de rôles Donjons & Dragons, je vais maintenant m’intéresser à la saga littéraire en elle-même.

Cette partie, je la consacrerai à la trilogie fondatrice, celle des « Chroniques », et tenter de vous dresser un panorama de l’univers, qui, je l’espère, vous donnera envie de vous y plonger.

Out_of_the_Darkness.jpg

Malgré la passion qui m’anime pour ce monde, je ferai mon possible pour rester critique et impartial, et ne pas tomber dans le panégyrique bateau du fan obnubilé et aveuglé par son sujet.

Lire la suite...

"Il n'y a pas d'amour heureux"

A moins de vivre dans une grotte, vous savez tous que dans quelques jours c'est la Saint Valentin. On nous en rabâche assez les oreilles dans tous les média.

Dernièrement, je suis tombé sur l'édito d'un site internet (notrefamille.com, pour ne pas le citer) qui s'intéressait aux couples mythiques : "Personnages d’histoire ou de légende, certains couples se sont portés un tel amour qu’il a traversé les siècles et s’est ancré à jamais dans nos cœurs et nos mémoires."

Autumn_of_Love.jpg

S'en suit une courte description de six histoires d'amour réelles et imaginaires, en tout cas marquantes pour l'édification de notre "mythologie" amoureuse.

Lire la suite...

Arrêtes ton char, Marek !

Des fois, il m'arrive de ne pas lire que des romans de fantasy ou de science-fiction. Croyez-le, ou pas, mais des fois, je lis de la littérature plus "classique". Le dernier ouvrage en date (la semaine dernière présisément) j'ai torché le dernier Marek Halter : "La Reine de Saba".

La_Reine_de_Saba2.jpg

Oui, torché ! 330 pages écrites aussi gros que pour un livre d'enfants et où l'intérêt principal y est expédié en 50 ! C'est se fiche de la gueule du monde !

Lire la suite...

Dragonlance - 3ème partie : l'entrée dans la postérité

Pour compenser la faible quantité d'exemplaires publiés, Margaret Weis et Tracy Hickman, littéralement investis par leur roman et leur monde, organisèrent une tournée à travers les Etats-Unis pour populariser Dragonlance. Le "Weis and Hickman Travelling Road Show" proposait des lectures publiques et de nombreux membres de TSR participèrent au show en interprétant les personnages principaux de l'oeuvre.
Le succès fut retentissant et un véritable buzz se créa autour du roman !

Companions_of_the_Lance.jpg

L'année suivante, lors d'une convention de jeux de rôles, le show remporta un succès détonnant !
Le monde de Dragonlance gagnait un aller simple pour "l'immortalité"...

Lire la suite...

Dragonlance - 2ème partie : Margaret Weis

Alors que les meilleurs développeurs et artistes travaillent avec Tracy Hickman sur le « projet Dragonlance », apparaît la figure qui deviendra l’emblème, le porte-drapeau de la saga : Margaret Weis…

Margaret_Weis.bmp

Lire la suite...

Dragonlance - 1ère partie : l'origine du mythe

Parler de Dragonlance est une vaste entreprise, qui demandera d'aborder des origines du jeu de rôles et de Dungeons & Dragons en particulier, tant ces thèmes sont inextricablement liés.

Dragonlance_Logo.bmp

Dans cette 1ère partie, je vais tenter de vous faire découvrir l'origine d'un univers devenu mythique...

« Nous sommes tous venus au jeu parce qu’il nous permettait d’incarner des personnages dont les actes et le caractère différaient de notre propre mentalité, mais ce qui a réellement fait son succès était qu’il nous poussait à être meilleur. Jouer à D&D développe et encourage l’imagination et offre l’opportunité unique d’explorer notre inconscient, nos propres identités. » - Vin Diesel

Lire la suite...

La légende de Drizzt

Drizzt Do’Urden.

Un nom qui génère bien des fantasmes : tantôt la peur, la crainte ; tantôt l’admiration, l’enthousiasme ; mais ne laisse personne indifférent. Le personnage de Drizzt Do’Urden est né il y a un presque vingt ans sous la plume du prolifique et doué R.A. Salvatore, et rencontra immédiatement un vif succès.

Personnage emblématique de l’individu solitaire qui cherche sa voie, il est sans aucun doute l’un des êtres les plus intéressants de toute la littérature fantasy contemporaine. Sa « légende » s’étale certes sur de nombreux romans (dont les derniers sont encore en attente de traduction), mais sa « trilogie » fondatrice reste à mes yeux la référence incontournable de toute son épopée : Terre Natale, Terre d’Exil et Terre Promise.

Lire la suite...